Sud Lipez

6 juin 2014, nous arrivons en Bolivie, le passage de frontière est assez typique, le bureau bolivien puis le passage d’un pont symbolique...

 

De l’autre côté, nous nous pressons pour rejoindre la gare des bus afin d’attraper un bus pour Tupiza. Nous n’étions pas au courant, nous avons une heure de décalage horaire entre l’Argentine et la Bolivie ; nous avons une heure devant nous, pour trouver des sous, faire un petit tour dans Villazon, et surtout, commencer notre cure de délicieux jus de fruit pour trois fois rien...

 
  

Tupiza, première étape bolivienne. Tupiza n’a pas beaucoup d’intérêt en soit (quelques petites excursions que nous ne ferons pas), mais c’est notamment le point de départ pour les tours organisés du Sud Lipez et Salar d’Uyuni. Nous nous posons donc un peu à Tupiza pour prendre le temps de trouver l’agence avec laquelle nous allons partir. Nous en profitons pour vivre un peu cette ville pas très animée, dans laquelle on ne trouve que des pizzérias pour manger... Bon, il y a quand même le mercado central où nous pouvons manger pour pas cher le midi, mais celui-ci est fermé le soir et nous testerons une fois la petite vendeuse de salchipapas dans la rue...

 
 
 

J’ai 46 ans à Tupiza, dommage, j’aurais aimé un bon resto et ici, il n’y a pas. Je me contente de l’un des plats typiques boliviens, le pique macho, un mélange de viande épicée, de bouts de saucisses, de légumes et de frites, le tout accompagné d’une bouteille de vin bolivien (je me rattraperai plus tard !!). Pour les cadeaux, ce sera un gilet et des chaussettes en alpaga, histoire d’avoir un peu moins froid dans le salar... 

 

Nous avons trouvé notre agence ; nous partons tous les 5 avec l’agence Los Solares, notre chauffeur et guide Victor et sa femme Magali, la cuisinière, nous tiendrons compagnie pendant 5 jours. Nous avons opté pour un tour classique auquel nous avons ajouté une journée pour faire l’ascension d’un volcan.

Première journée du tour, nous commençons par le Sillar, l’une des attractions de Tupiza ; la piste passe tout près et nous pouvons observer ces formations de roche et de sable, très jolies

 
 

Nous traversons ensuite les paysages de l’aguanapampa, l’altiplano où nous croisons des troupeaux de lamas ; ceux-ci ont des décorations aux oreilles pour distinguer l’appartenance. Nous croisons aussi un souri, sorte d’émeu ou autruche qui ne vole pas.

 
 

Pause déjeuner au petit village de Polulos, village typique avec ses murs en terre, toits en chaume et fours à bois à l’extérieur des maisons. En attendant le repas, nous faisons connaissance avec les enfants du village. Notre chauffeur profite de cette pause pour réparer un pneu car nous avons subi une première crevaison pendant cette première partie.

 
  

Nous redémarrons et traversons de nouveaux petits villages où les lamas paissent en liberté.

 
  

Nous traversons des endroits où nous sommes contents d’avoir un 4x4 ; comme par exemple cette rivière en partie gelée ; il fait chaud n’est-ce pas ; nous sommes montés en altitude ; le tour sera toujours entre 3500 et 5000 mètre d’altitude ; cette partie doit approcher les 4000 mètres et le froid est bien présent

 

Nous arrivons à Pueblo Fantasma, vestiges d’un village créé pour l’exploitation d’une mine d’argent ; c’est une sorte de mini machu-pichu (enfin, vraiment mini, et sans les aspects religieux...) 

 

La journée continue avec le même type de paysages, nous passons même un point à 4855 mètres d’altitude et le froid commence à être saisissant. Nous atteignons Quetena Chico où nous passons la nuit ; nous sommes à 4300 mètres d’altitude, l’hébergement n’a pas de chauffage, ni dans les chambres, ni dans la salle repas. Nous nous équipons comme nous pouvons pour combattre le froid ; c’est dur et nous ne sommes pas au bout de nos peines !

 
  

2ème journée Après une nuit difficile due au froid, quelques photos de Quetena Chico avant de repartir

 
 

Nous allons passer la journée entre 4300 et 5000 mètres d’altitude. Comme le montrent ces images, il fait chaud !! Et le 4x4 est une machine extraordinaire qui ne cesse de m’impressionner ; il traverse les rivières à moitié gelées comme si de rien n’était ; Victor en profite pour s’essayer à la glisse sur glace...

 
 
  

Sur la route, nous voyons souvent des lamas, mais rarement des troupeaux avec la bergère

 

Toujours les paysages magnifiques de l’altiplano et nous arrivons à la Kolpalaguna, salar de carbonate de sodium que les boliviens exploite pour la fabrication de détergents ; nous croisons également d’élégantes vigognes !

 
 
 
  

Nous arrivons enfin à l’étape tant attendue, les thermes du Salar de Chalviri. Après la nuit glaciale que nous avons passée, quel plaisir de se baigner dans cette eaux délicieusement chaude au milieu de ces paysages incroyables !

 
 
 
  

Cap un peu plus au sud, avec le désert de Dali ; la légende voudrait que Dali se serait inspiré de cet endroit pour peindre certains de ses tableaux (nu dans le désert entre autres), mais il a été prouvé qu’en fait, il n’est jamais venu ici... Nous croisons de nombreux camions et cyclistes venant de San Pedro de Atacama ; quel courage avec l’altitude et la poussière générée par tous les camions et les 4x4 !!

 
 

Toujours plus au sud, non loin de la frontière avec le Chili, nous rejoignons le volcan Licancabur qui culmine à 5916 mètres d’altitude aux pieds duquel sont les lagunas Blanca et Verde, à 4500 mètres d’altitude tout de même. Il fait write my paper un peu froid et nous déjeunons ici, mais l’endroit est vraiment magique.

 
 

Nous laissons là ces splendeurs pour repartir vers le nord et commencer la lente remontée sur le salar d’Uyuni. Première étape sur cette route, les Geysers Sol de Manana. Des cratères de boue en ébullition. Nous avions vu les petits bains de boue de Nouvelle Zélande à Rotorua, là-bas, c’était vraiment de la rigolade comparé à ce que nous découvrons ici. C’est littéralement impressionnant !

 
 

Et une petite vidéo pour vous rendre compte...

Suite du périple, la laguna Colorada. Dommage, nous arrivons trop tard et la partie avec les flamants roses est à l’ombre ; mais que l’endroit est beau ! Avec les flamants roses et la coloration rouge de la lagune ! Bon, nous verrons aussi beaucoup de flamants morts de froid, c’est triste.

 
 
 
 

L’agence nous avait proposé deux options à ce stade du tour. Soit nous remontions à gauche de la laguna Colorada pour aller voir des petites lagunes et l’arbre de pierre, soit nous remontions par la droite. L’agence nous avait conseillé de passer à droite car les petites lagunes n’étaient pas vraiment intéressantes à voir à cette période. Nous avons suivi le conseil et bien nous en a pris, vous allez voir pourquoi. Nous terminons cette journée à la nuit tombée en rejoignant notre hébergement à Villa Mar. Cette journée aura été la plus belle du Sud Lipez ; ce n’est pas difficile quand on regarde les sites visités (Lagunas Blanca et Verde, les geysers Sol de Manana, la Laguna Colorada, les thermes). Vraiment splendide !!

3ème journée. Ouf le jour se lève après cette nouvelle nuit encore plus difficile que la première. Pourtant nous n’étions qu’à 4000 mètres d’altitude, mais qu’il a fait froid !!! C’est parti donc pour une troisième journée qui doit théoriquement se terminer en arrivant sur les rives du salar d’Uyuni. Une petite photo du village au matin du départ.

 

Nous passons ensuite dans des formations rocheuses assez incroyables, la vallée de pierres où il y a notamment la coupe du monde de football (ben oui, en fait, elle est en Bolivie !!). Une légende concerne le chameau ; un chameau venait manger le quinoa des paysans et c’est pour cela qu’il a été transformé en pierre.

 
 
 
 

Vient ensuite la Laguna Negra, superbe lagune, gelée où nous voyons de drôles d’oiseaux : le patito andino. Nous apercevons aussi des viscacha, ces drôles d’animaux entre le chat, l’écureuil et le lapin...

 
 
 
 
 
 

Puis passage au canyon de l’Anaconda...

 
 
  

Encore quelques photos des superbes paysages traversés juste avant d’arriver sur les bords du Salar d’Uyuni

 

Nous traversons même la ligne de chemin de fer construite pour l’acheminement du sel...

 

Et nous ne manquons jamais une occasion pour nous rafraîchir, cette fois, avec une bière au quinoa !!