1ère étape chinoise - Pékin

21 Septembre

Nous voici donc en Chine. Il faut avouer que nous avions un peu d’appréhension à l’idée d’arriver en Chine car nous savions qu’après l’Indonésie, cela risquait d’être plus compliqué. Mais il y a tellement de belles choses à voir en Chine que cela ne nous a pas arrêtés. Les enfants ont du mal à passer le cap : tout est, par définition, moins bien que l’Indonésie... Dur, dur, de motiver les troupes dans ce contexte. Nous avons réservé 4 nuits au Red Lantern, une guesthouse qui se trouve au milieu d’un hutong du quartier de Xicheng, nous sommes en plein dans l’ambiance du vieux Pékin, c’est plutôt sympa.

 

 
 
 
  

Nous avions lu qu’il était bien d’aller dans les parcs pour voir l’art de vivre à la Pékinoise. Nous commençons donc notre découverte de Pékin par le parc Beihai qui ne semble pas trop loin de notre hôtel sur le plan. Or, nous n’avions par forcément pensé qu’en arrivant à Pékin, nous étions entrés dans une autre dimension !!!! Ici tout est grand et grandiose sauf peut-être dans les hutongs un peu plus à échelle humaine. Le parc Beihai est un beau parc avec un grand lac, agrémenté de bâtiments joliment kitsch (à la chinoise quoi !) et nous y trouvons l’ambiance recherchée avec danseurs et autres divertissements (notamment, jeu au pied avec un volant  soit l'ancêtre du badminton).

 
 
  

Puis en fin de journée nous montons sur la colline de Charbon pour avoir une belle vue sur la Cité Interdite au coucher du soleil (mais c’était sans compter sur la brume pékinoise ! Pollution ?!!)

 

Nous rentrons à notre hôtel en « rickshaw », malheureusement un malendu sur le prix nous gâchera la fin de notre soirée (pour 3 yuans annoncés au départ, il nous réclamait 300 yuans à l’arrivée. Un peu têtes de mules, nous n’avons pas voulu lâcher l’affaire et nous avons réussi à nous en tirer uniquement pour 20 yuans pour 2 rickshaws... C’est sûr, les chinois ne parlent pas anglais et nous ne nous sommes pas méfiés, erreur de débutants, nous serons plus vigilants lors de prochaines négociations). Nous prendrons surtout le métro les prochaines fois, car le métro est moderne et pas cher (2 yuans soit 25 centimes d'euros).

  

Le lendemain, nous avons programmé une journée à la Grande Muraille car le temps ne devait pas être trop mauvais. On est un peu déçu en se levant car le temps est gris et le chaffeur nous propose d’aller à Mutianyu (plutôt qu’à Jinshangling comme prévu) car, soit disant, le temps sera meilleur (mais c’est aussi moins loin). Entre le temps et le changement de programme, on hésite un peu à partir mais finalement on se décide, d’autant qu’il y a un toboggan pour redescendre de la muraille à Mutianyu. Le ciel n’est pas bleu, mais c’est magnifique tout de même.

 
 
 
 
 
 
 

Le soir, nous allons chez Pizza Hut, ça fait du bien de manger une bonne pizza !

Dans le rayon culinaire, nous profitons de Pékin pour déguster un canard laqué.

  

Dans les essentiels de Pekin, il y a aussi le temple du ciel qui se trouve dans le parc Tiantan où nous retrouvons cet art de vivre avec danseurs, musiciens, joueurs de cartes, ma-jong et autres, Simon s’essaie aussi à un jeu.

 
 
 
 
 
 
  

Petit rafraichissement en sortant, tranche de melon sur baguette,

  

Puis on se dirige vers la Cité Interdite où nous pensons pouvoir trouver quelques petites choses à grignoter pour compléter notre repas mais nous ne trouvons pas grand chose à part ce qu’on appellera « des saucisses pour chiens » vraiment pas terribles !

Vue rapide sur la place Tian’anmen.

  

Puis, sur la Cité Interdite avec la photo de qui vous savez ...

  

Il parait qu’il y a moins de monde l’après-midi mais vu la foule qui se presse pour entrer dans la Cité Interdite, nous avons du mal à nous dire qu’il peut y avoir encore plus de monde... Nous entrons alors dans une autre époque et une autre dimension, c’est tout simplement grandiose.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Quelques détails

 
  

Et vue sur la colline de Charbon d’où nous étions allés voir la vue sur la Cité Interdite le 1er jour.

  

Nous terminons notre découverte de Pékin par le Palais d’été. - son théâtre où se déroulent quelques saynètes typiquement chinoises.

 
 

Et ses autres palais

 
 
 
  

Quelques détails :

 
 
  

Pour compléter cet article sur Pékin, voici aussi quelques scènes de rue.

 
 
  

La découverte de Pékin mériterait bien quelques jours de plus, mais bon, les vacances write my paper for me chinoises arrivent et nous voulons avancer avant. Les chinois sont pourtant déjà tellement nombreux... On a du mal à imaginer ce que cela peut donner pendant leurs vacances !

A la fin de ces quelques jours, les enfants ne sont toujours pas convaincus, car les chinois ne sourient pas aussi facilement que les indonésiens.... Pourtant certains sont sympatiques tout de même, même si un peu bourrus au premier abord. La curiosité pour cette famille d'occidentaux les "débride" un peu !

Le VRAI problème, c’est que presque personne ne parle anglais et ça promet pour la suite.... Nous sommes aussi dubitatifs sur un point : autant nous voyons quelques jeunes enfants, autant nous ne savons pas où sont passés les pré-ados et ados ; ils doivent être à l'école en journée mais peut-être se cachent-ils en fin de journée ?

Nous partons de Pékin par le train de nuit (en couchettes molles, très confortables)... Heureusement qu’il y a un numéro de train car c’est un peu compliqué pour comprendre le reste de l’affichage !