6ème étape chinoise : Shangri La

Nous étions censés avoir 4h de bus de Lijiang jusqu'à Shangri-La, mais ça s’est transformé en 6h. Les poses toilette étaient à la campagne avec des toilettes payantes, sales et ouvertes (sans portes, c’est un peu spécial de voir tout le monde aux toilettes quand tu y es, heureusement il y a quand même la partie femme et celle homme). Nous sommes passés par plein de routes de campagne, ce qui nous a permis de voir de beaux paysages, des stouppas mais aussi de voir comment la belle campagne du Yunnan (plateaux en altitude) avait été gâchée par des immeubles horribles.

 

 
 

A l’arrivée, en attendant le taxi de l’hôtel nous avons mangé un bon maïs grillé. Lorsque le taxi est arrivé, il n’avait pas prévu que nous serions 5 donc il a du nous trouver un mini van pour nous amener à l’hôtel. La route pour y aller n‘est pas goudronnée. En chemin, nous croisons des dames en habits traditionnels.

 

L’hôtel qui est tenu par une famille (le père est le cuisinier, un des fils est le gérant et l’autre le chauffeur), est super sympa il est à la campagne mais tout près de la ville. Les chambres y sont spacieuses et très agréables même s’il y fait un peu froid (il est quand même à 3 200 mètre d’altitude !).

 
 

Nous rencontrons un jeune couple germano-chinois très gentil qui organise un feu de camp le soir de notre arrivée. Les garçons aident à la préparation et s’amusent à donner à manger aux vaches pendant que je travaille.

 
 

Nous goûtons au pot Tibétain au yack très bon fait avec plaisir par le cuisinier qui nous aime beaucoup. Tous les gens de l’hôtel participent au feu (c’est-à-dire, que des chinois sauf nous et l’allemand), l’ambiance était super avec de la musique Tibétaine, nous avons dansé et beaucoup discuté.

 
 

Le lendemain après une bonne nuit dans des chambres froides nous partons pour une journée en vélo. C’est le 4 octobre, le jour de la Sainte Aurore, le jour de ma fête quoi ! Nous allons jusqu’au monastère Gedon Songzanlin magnifique, tout doré de l'extérieur et extrêmement coloré à l'intérieur. Là, je me suis faite bénir par un moine bouddhiste.

 

Extérieur :

 
 

Intérieur :

 

Les moines, les drapeaux tibétains (ou népalais) et les environs :

 

Nous quittons essay writer donc ce monastère pour se diriger vers la vielle ville, ce qui est assez fatiguant en vélo à cause de l’altitude.

 

Nous nous baladons dans la vielle ville de Shangri-La où nous mangeons un burger au yack.

 

Les rues sont très typiques et très jolies. Nous montons sur un point de vue pour voir les toits et le monastère. En fait à la base nous ne voulions pas aller là mais nous nous sommes un peu perdu en cherchant un moulin à prière.

 
 

Ensuite nous avons enfin trouvé le moulins à prière. C’est le plus grand moulin à prière du monde et nous l’avons tourné. Il fallait faire 3 tours pour que ça apporte de la richesse donc nous en avons fait 3 d’affilés chacun. C’est tellement dûr à tourner qu’on s’y met à beaucoup et même à beaucoup c’est lourd ! Mais l’ambiance d’entraide y est et c’est vraiment émouvant.

 

Quelques détails du moulin à prière qui était sculpté.

 

Cette journée nous a initié au bouddhisme. Voici d’ailleurs le parcours jusqu’au Nirvana qu’il y a dans tous les temples.

 

En revenant vers les vélos nous avons acheté un sac en cuir de yack pour ma fête, quelques autres achats et du lait de yack. Et une tisseuse s’est prêtée pour la photo.

 

Le soir nous ne mangeons pas grand chose, papa et maman m’offrent mon sac et Simon m’offre des boucles d’oreilles. Et le cuisinier nous offre aussi du yaourt au lait de yack (il nous en a donné assez souvent).

 

Le dernier jour à l’hôtel nous assistons à la traite des vaches yack et nous travaillons.

 

Ces quelques jours nous ont permis de nous poser et d’avoir le temps d’avancer notre travail, cela nous a fait du bien. Le dernier soir nous avons pris un pot Tibetain au poulet et nous nous sommes retrouvés avec les pattes, la crête et la tête du poulet dedans. Nous reprenons le bus pour Dali.