Florès - 1ère partie

Dernière étape en Indonésie : Florès. Nous avions préparé un périple sur cette île grâce aux conseils avisés de notre amie Odile, et nous voulions coûte que coûte effectuer cette étape. Bref, ça a commencé par l’achat des billets, nous n’arrivions pas à trouver des billets à des tarifs corrects ; las, notre budget va en prendre un coup. Souvenez vous, nous achetons nos billets dans une agence de voyage à Ubud. Au niveau du timing, cela ne correspondant plus à notre planning initial, nous arriverons et repartirons de Labuan Bajo (au lieu d’arriver à Ende et repartir de Labuan Bajo). Pas grave, à notre question combien de temps faut-il en voiture pour aller de Labuan Bajo à Ende, on nous répond : 2h. En fait, il faut 18h de route... Aux oubliettes donc notre première partie de périple où nous devions voir le volcan Kelimutu (avec 3 lacs), et les petits villages Ngada ! Nous devons nous contenter de la partie ouest de l’île.

Quelques clichés pendant le vol entre Denpasar et Labuan Bajo, vous constatez que nous avons revu notre standing d’avion à la baisse...

 

A notre arrivée, nous apprenons qu’il y a la finale de la Sail Komodo 2013 (a priori, une course de voile qui se déroule entre Darwin en Australie et l'Indonésie) ; nous n’avions pas été mis au courant. Bref, plus aucun hôtel libre à Labuan Bajo, nous devons partir pour un petit circuit ; nous négocions tant bien que mal ; en fait, nous apprenons aussi qu’à Florès, rien ne se négocie ; nous apprendrons aussi que le touriste est un porte monnaie sur pattes... Nous partons pour Ruteng, première grand ville de la partie ouest. 4 heures de route et notre chauffeur nous arrête dans un hôtel miteux ; nous sortons dîner dans un resto non moins miteux et les gens ont même l’air de se fouttre de nous ! Contraste saisissant depuis notre arrivée en Indonésie ! essay writing service Déprimant !

Le lendemain matin, nous mettons le cap sur Cancar, endroit connu pour ses rizières en toiles d’araignées.

 
  

Nous avons prévu d’aller dormir au village de Wae Rebo, village ancestrale où tout est encore authentique parait-il ; on nous a donné les informations nécessaires et avons budgété avec ces informations. Sur la route, très longue, nous voyons les paysages superbes de Florès

 
 
  

Las, nouvelle déception. Nous faisons étape pour déjeuner et nous apprenons que le budget est plus important que prévu pour le village de Wae Rebo ; de 4 personnes payantes à 200000, nous passons à 5 personnes payantes à 250000. Nous refusons catégoriquement ; tant pis ; il faut peut-être que ces gens apprennent que tous les touristes n’aiment pas être arnaqués. D’autant plus que nous avons de gros doutes sur l’authenticité du village, alors qu’il apparait dans toutes les brochures, et en photo immence dans l’aéroport même de Labuan Bajo. Nous rebroussons donc chemin.

Nous demandons au chauffeur s’il est possible de voir un autre village un peu typique ; le village de Todo est tout indiqué. Arrivé dans ce village, nous demandons s’il est possible d’y dormir. Nous trouvons un hôte, apparemment le guide faisant visiter la seule et unique maison traditionnelle encore debout. Nous commençons notre «séjour» à Todo par du traditionnel ; la visite de la maison traditionnelle est elle aussi traditionnelle, vous me comprenez ? 4 familles vivent encore dans cette maison qui date du XVème siècle. Il ne fait pas beau, mais qu’importe, l’ambiance est là, nous sommes bien sûr la curiosité du moment, avec tous ces enfants qui courent partout !

 
 
 
 
  

Après la visite, nous sommes accueillis chez nos hôtes ; ils ont deux garçons avec qui les enfants vont s’amuser. Le lendemain, une grande messe est prévue dans l’église du village, c’est le prêtre de Todo qui est muté et quitte donc sa paroisse. Nous nous invitons à cette messe et passons voir l’église

 

Florent aide la famille à la préparation du repas ; nous mangerons l’un des poulets que gambadaient peu de temps auparavant ; on ne peut pas faire plus frais ! Repas, soirée jeux avec la famille et c’est le moment d’aller se coucher. Nos hôtes nous laissent leurs chambres et s’en vont tous dormir dans la guérite du gardien... J’ajoute une petite photo des sanitaires classiques en Indonésie... Ces images vous permettront peut-être de constater le niveau de confort des habitants de Todo

 
 

Le lendemain, nous allons assister à la messe ; une fois de plus, nous sommes les curiosités du moment, mais que nous sommes heureux d’être restés ; l’ambiance est extraordinaire ; chants, danses, nous sommes très contents d’y avoir assisté.

 
 
 
 

Retour à Labuan Bajo après des heures et des heures de route. Nous croisons nombre de bémo, ces transports locaux qui ne démarrent que quand ils sont pleins, voire archi pleins

 

Nous visons un petit hôtel bien sympa sur les hauteurs, «chez Félix» qui nous offre une très belle vue sur la baie. Nous passons une nuit avant notre croisière dans la mer de Florès.