Les 4000 îles en deux étapes - étape 2

Nous rejoignons notre seconde destination en bateau et c’est vraiment sympa ; c’est d’ailleurs comme ça que j’imaginais un peu tous nos déplacements au Laos... Images glanées pendant le trajet

 
 

Don Khone est reliée à Don Det par un pont ; Don Det est l’île des fêtards et autres baba cools ; nous nous posons sur Don Khone pour plus de tranquillité et choisissons un petit groupe de bungalows au bord du Mékong tout au bout du village (comme à Don Khong, c’est tout au bout, peu de touristes ont l’envie ou le courage de pousser jusque là). Confort sommaire mais bien sympa, avec le hamac sur la terrasse.

 
 

Lors de nos pauses jus de fruit, nous pouvons observer la vie locale et Florent en profite pour jouer au grand frère

 
 
 
 

Station "essence" locale

  

Egalement quelques photos prises de la rive ou du pont

 
 
 
  

Qu’y a-t-il à faire à Don Khone / Don Det ? La même chose qu’à Don Khong avec en plus un peu de tourisme car c’est juste à la frontière avec le Cambodge et à cet endroit là, le Mékong se transforme en fleuve sauvage et indomptable ; il y a de magnifiques chutes à aller voir, dont les chutes réputées les plus larges d’Asie du Sud Est : les chutes Phapeng ! Et puis il y a aussi les dauphins de l’Irrawady que l’on peut observer dans les eaux cambodgiennes...

Nous voilà donc partis toujours en vélo pour la découverte de notre île et notamment les chutes Li Phi, tout simplement impressionnantes et magnifiques

 
 
 
 

Dans un renfoncement, une petite plage a été aménagée, j’en profite pour me baigner dans le Mékong avec Simon et Florent

 

Notre balade en vélo nous conduit jusqu’au bout de l’île, là où la vue s’étend jusqu’aux îles cambodgiennes. Au retour, petite séance photo à côté de la locomotive laissée par les français

 

Pour aller observer les dauphins et voir les chutes Phapeng, il n‘y a que deux solutions : prendre un bateau à touristes pour les dauphins et un bus à touristes pour les chutes, ou bien choisir une solution infiniment plus ludique et agréable : le kayak. Essayez donc de deviner quelle solution nous avons choisie ...

 
 
 

Nous passons donc une bonne partie de la journée à naviguer sur le Mékong et dans les eaux cambodgiennes, nous avons la chance d’apercevoir un dauphin (mais ils ne font pas de galipettes comme les dauphins d’eau salée, il est difficile de les voir, alors pour les photos de dauphins, il faudra repasser). Certaines parties de la rivière ne sont pas navigables et il faut porter les kayaks ; ça, c’est pour les laotiens, pendant que nous allons voir à pieds la raison de ce portage

  

Nous faisons la pause déjeuner sur une petite île cambodgienne, nous en profitons pour nous baigner et nous mangeons même quelques brochettes préparées par nos guides, succulent.

  

Pendant cette journée, nous faisons la connaissance de Philip et Isabelle, un jeune couple d’étudiants allemands super sympa avec qui nous ferons un bout de chemin entre Laos et Cambodge, nous aurons l’occasion de vous en reparler La deuxième partie de la journée débute par de la navigation puis nous rejoignons un sawngthaew pour aller voir les chutes Phapeng. Joli, mais personnellement, j’ai vraiment été plus impressionné par les chutes Li Phi. Un côté intéressant tout de même ici, c’est que l’on peu s’approcher très très près des chutes.

 

Nous reprenons notre moyen de locomotion, ne vous inquiétez pas, tout rentrera !!

  

Pour terminer par de la navigation pour rejoindre notre point de départ au coucher du soleil

  

Bon, pour nous, le Laos, c'est presque fini. Nous passons une dernière nuit dans notre guesthouse ; le 12 novembre, nous prenons le bateau pour essay writing service rejoindre le village sur la terre ferme et prendre un bus à destination du Cambodge. Nous avons passé 25 jours au Laos, mais ce n'est vraiment pas suffisant pour tout voir, ah là là, et dire que ce sera pareil dans tous les pays !!