Le Sud de l'île du Nord

Nous quittons Wellington pour l’étape suivante ; 5 heures de route nous attendent pour rejoindre Hawera où Carol et Alan de l’association Servas nous attendent. Nous avons prévu de passer deux ou trois nuits chez eux, Hawera se situant très près du parc national d’Egmont dans lequel on peut voir un magnifique volcan : le mont Taranaki haut de ses 2518 m (il parait qu’il ressemble tellement au mont Fuji, qu’il a servi de décor au film «Le Dernier Samouraï»), il faut qu’on le voit !

Premier jour dans le parc, il ne fait pas beau (on le savait bien d’ailleurs, les prévisions ne s’étaient pas trompées). Nous partons donc tout de même faire une balade (en partie sous la pluie), vers la cascade des Dawson Falls. Elle n'est pas mal, mais franchement, ça ne casse pas des briques non plus.

  

Nous continuons notre route pour aller voir la ville de New Plymouth de l’autre côté du parc, il parait que ça vaut le coup. C’est parti pour quelques heures de voiture ; nous voyons de beaux paysages, il fait beau tout autour du mont Taranaki, mais celui-ci retient désespérément les nuages autour de lui, grrrr !

Les paysages de cette partie de Nouvelle Zélande (Sud Ouest de l’île du Nord, oui je sais, c’est compliqué, mais essayez quand même de suivre !) sont très particuliers, des étendues immenses de vertes petites colines plissées, l’activité sismique et volcanique a fait son oeuvre...

 
 
 
  

Arrivés à New Plymouth, il n’y a rien de vraiment particulier à part le rocher Paritutu Rock que l’on peut escalader avec précaution ; de là-haut, une belle vue sur la côte, la ville et ses alentours (et le mont Taranaki quand il est dégagé...).

 
 
 
  

Nous ne sommes finalement restés que 2 nuits chez Carol et Alan, car l’étape suivante est la randonnée du Tongariro Crossing. Nous avons appris que le départ de cette randonnée est à 4 heures de route de chez Carol et Alan, ce qui est vraiment trop pour enchainer la route puis la randonnée le même jour. Nous décidons donc d’aller dormir près du parc pour être à demeure. De plus, les prévisions météo prévoyaient une seule très belle journée dans la semaine, le mercredi ; nous pouvions donc espérer avoir beau temps pour le Tongariro Crossing, l’un de nos essentiels.

Une petite photo de Carol et Alan, de l’oeuf de Pâques façon néozélandaise offert par Carol (ça fait un peu comme les nounours en guimauve et chocolat de chez nous), et d’un fejoas, ce fruit délicieux très répandu en Nouvelle Zélande, que nous avons mangés sans modération...

 
 

Le mardi soir, lorsque nous arrivons près du parc Tongariro, le temps s’est un peu dégagé et nous pouvons voir les sommets recouverts de neige ; c’est vrai que depuis quelques jours, le temps était vraiment pourri !

  

Les prévisions météo sont stables, le mercredi doit toujours être somptueux. Debout très tôt, mais il n’y a pas de problème, nous sommes motivés pour avaler les 8 heures de marche nécessaires à «la plus belle randonnée d’une journée du monde» (!!) selon les néozélandais. Au réveil, pas un nuage, ça s’annonce bien.

C’est donc parti et je vous laisse admirer les photos du début de la randonnée, vous pouvez aussi voir que nous ne sommes pas tous seuls, mais ce n’est pas non plus la cohue malgré les congés scolaires des néozélandais (il parait que l’été, à la bonne période, il y a plus de mille personnes par jour...)

 
 
 

Quelques petites pauses s’imposent tout de même,

 
 

La randonnée est donnée pour 7 à 8h de marche si l’on ne fait aucun chemin supplémentaire. L’ascension du mont Ngauruhoe demande 3h de plus, nous n’avons pas assez de temps write my paper ; en revanche, l’ascension du mont Tongariro ne demande qu’une heure et demie de plus, nous choisissons de la faire et nous avons raison ; paysages merveilleux à l’appui, nous faisons l’ascension en partie dans les nuages (passagers) puis ça se découvre, c’est splendide ! Ironie, nous apercevons aussi au loin le mont Taranaki (qui n’était finalement visible que ce jour là !!!)

 
 
 
 
  

Aurore fait de la photo d’art avec des morceaux de glace trouvés par terre

  

Bon, histoire de vous donner vraiment envie, une petite vidéo prise du sommet du mont Tongariro

Ce volcan est très photogénique ; le «red crater» est rouge et le contraste avec le ciel bleu est fantastique

 

Nous continuons vers le dernier point remarquable du site, les lacs émeraudes ; ici, le souffre donne des tonalités de toutes les couleurs, c’est un plaisir pour les yeux et le photographe ; nous en profitons pour pique niquer, même si cela sent un peut le souffre de temps en temps ; cela se passe de commentaires...

 
 
 

Nous finissons la belle partie avec encore quelques vues sur le mont Ngauruhoe, le cratère sud, principal cratère est fermé par la lave, le lac bleu.

 
 

Bon, aller, pour terminer la plus belle partie de la rando, je vous gratifie d’images un peu plus grandes...

Nous basculons de l’autre côté de la montagne, côté lac Taupo, le plus grand lac du pays (que l’on peut voir en arrière plan sur la photo ci-dessous : ce n’est pas le petit lac du premier plan, mais celui que l’on aperçoit après la montagne, au loin, avant l’horizon, vous suivez ?). De ce côté se trouve un autre volcan, Rahui, là où a eu lieu la dernière éruption en août 2012 ! L'approche de ce site est bien sûr interdite.

 

Nous rejoignons le refuge avant de plonger vers la fin de la randonnée ; mais que ce fut long ; la brochure du parc indique les temps des trajets entre les différents points remarquables ; nous avons systématiquement mis moins de temps que le temps annoncé, entre 30 minutes et 1 heure gagnés à chaque fois. Le dernier tronçon est donné pour 1h30, nous nous disons que nous mettrons une heure tout au plus, hé bien non, cette fois-ci, le temps est le bon et le retour nous parait interminable malgré un rythme soutenu... Nous arrivons juste à temps pour reprendre la navette, ouf !

Sur la route du retour, nous apercevons enfin un panneau «attention aux kiwi»... Au retour au gîte, nous voyons une sculpture en métal de kiwi, l’occasion d’une nouvelle photo

  
 

Je ne crois pas me tromper en parlant au nom de toute la famille ; nous avons adoré cette journée avec un paysage véritablement incroyable ; c’est sûr, c’est un essentiel de la Nouvelle Zélande !

Nous n’avons plus qu’à reprendre notre voiture de location pour avaler l’heure et demie qui nous sépare d’Acacia Bay, au bord du lac Taupo où nous attend Geoff, un autre membre Servas. Nous débarquons dans une superbe maison, l’accueil est fantastique, Geoff nous a préparé un repas de roi, idéal pour se remettre de cette mémorable journée. Vue sur le lac Taupo de la salle à manger de Geoff

  

La région du lac Taupo offre toutes les activités de montagne que l’on peut souhaiter (marche, escalade, parapente, VTT, ...). Geoff a prévu de nous emmener marcher, mais le temps n’est pas beau, nous n’irons finalement pas randonner avec lui ; quelle chance nous avons eue hier pour le Tongariro Crossing !

Nous mettons donc le cap sur un site à voir, la Huka Falls, une balade d’une heure mène jusqu’à une chute d’eau spectaculaire par son débit (et que l’eau de cette rivière est belle !!!). Un prestataire propose même de s’approcher de la chute en jet boat, mais cette fois-ci, nous ne ressentons pas le besoin de mordre à l’ameçon. Je vous laisse vour rendre compte par vous même avec photos et vidéo à l’appui

 
 
 
  

Et une petite vidéo histoire de se rendre compte du débit impressionnant

Au retour de la balade, Geoff nous ayant prévenus, nous avions emporté nos maillots de bain pour nous plonger dans les sources chaudes. Plaisir garanti, mais c’est limite trop chaud et personnellement, moi qui ai l’habitude de prendre mon bain à 40°, je ne tiens pas longtemps !

 
  

Nous restons deux nuits à Acacia Bay, sans avoir eu la chance de bénéficier d’un temps correct, dommage, nous aurions pu plus profiter de la région et de l’hospitalité de Geoff dont voici quelques photos. Nous avons passé de supers moments avec notre hôte que nous remercions vivement.