L'île du Sud en 3 étapes - étape 2, le Sud

Après notre belle escapade au mont Cook, nous rejoignons de nouveau la côte Est pour descendre vers le sud. Nous devons rencontrer un hôte Servas à Dunedin, ville aux origines écossaises. Sur la route, nous nous arrêtons tout d’abord aux Maoraki Boulders, d’étranges roches sphériques situées en bord de mer. Des éclaircies nous accompagnent et la visite de ce site est très agréable

 
 
 
  

Dans cette partie de la Nouvelle Zélande, les pingoins sont très présents et les spots pour les observer ne manquent pas ; il suffit d’avoir un peu de chance. Bon, cette fois-ci, nous ne voyons qu’un seul spécimen...

  

Cap ensuite sur Dunedin, visite sympa, mais pas incontournable. Nous voyons Dunedin sous le soleil avant d’aller dîner chez Greg et Philipa (hôtes Servas), une soirée très agréable ; nous sommes moins chanceux le lendemain pour la balade sur Baldwin street (la rue la plus pentue du monde), c’est très humide !

 
  

Une longue journée de route nous attend pour longer la côte Sud ; ce sont alors les Catlins. Il ne fait pas beau, mais il parait que c’est un peu toujours comme ça, alors finalement, on aura vu les Catlins telles qu’elles sont habituellement... En positivant un peu, on peu dire que même comme ça c’est joli, et puis il y a les spots d’observation des pingoins (ils étaient deux cette fois ; en fait, il y en a beaucoup si l’on vient à la bonne heure ; cette fois-ci, il fallait venir vers 15h ou 16h, nous y étions pour déjeuner, un peu trop tôt)

 

Un peu plus loin, la pluie nous laisse tranquille pour une balade au cap Waipapa, où nous avons la chance d’observer de près (très près en fait), des phoques et des lions de mer très impressionnants

 
 

Nous sommes reçus le soir même chez Jan (encore un hôte Servas) à 25 km d’Invercargill. Repas de rois cette fois encore et notre hôte très sympathique nous propose même une chambre pour nous éviter de tous dormir dans le camping car. Ces hôtes sont fermiers et possèdent plus de 500 vaches ; en plus de manger de bons produits (lait, oeufs, yaourt, ...), nous assistons à la traite ; visite guidée avec les deux employées qui nous expliquent leur travail en parlant beaucoup trop vite et avec un accent incompréhensible... Moment très comique pour nous ; même Frédérique et moi n’y comprenons rien !

 
 
  

Nous en profitons pour faire une petite escapade au point le plus au Sud de la Nouvelle Zélande : Bluff (où il produisent des huîtres qui sont parait-il délicieuses, mais à 30$ la douzaine, nous n’y goûterons même pas...). Par contre, vous pouvez voir une énorme chaîne, cette chaîne plonge dans la mer à ce point précis et ressort quelque part sur Stewart Island (une petite ’île plus encore plus au sud) , c’est une symbolique maorie.

 

Après ces deux nuits bien agréables, nous remontons un peu plus au Nord pour rejoindre le coin des fjords avec l’espoir de les voir sous le soleil. Une petite visite au centre du DOC (Department Of Conservation, un peu l’office national des forêts) nous permet de photographier l’oiseau emblêmatique de Nouvelle Zélande, le kiwi. Malheureusement, nous n’aurons pas l’occasion (ou l’envie de payer pour ça) de voir des kiwis vivants lors de notre séjour. Egalement un spécimen vivant de lézard local.

 

Les kiwis appellent le fjords des «sounds» ; dans la régions des fjords, le plus connu, le plus accessible, le plus beau s’appelle le Milford Sound. Pour faire une croisière sur le Milford Sound, il faut prendre une route magnifique qui fait quand même 120 km et qui se fait en plus de deux heures de route. Nous prenons cette route pour dormir au bord d’un lac, la veille du jour que nous avons choisi pour la croisière. Les nuages sont bas, très bas... Pourvu que le temps soit beau le lendemain.

  

Le lendemain, au réveil, nous sommes encore sous les nuages, mais il nous reste 30 km à parcourir. Nous arrivons au Milford Sound, il fait grand beau et nous faisons la croisière sous un improbable ciel bleu... C’est splendide (la dernière photo montre le célèbre pic situé à l’entrée du fjord, le Mitre Peak)

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Nous croisons des colonies d’otaries et des dauphins viennent jouer avec le bateau, c’est magique, il y en a tellement et même des petits...

 
 
  

La journée est tellement belle que nous en profitons pour enchainer sur une belle randonnée, le «Key Summit» qui offre de très jolies vues sur cette belle région ; nous croisons même la route d’un pigeon de Nouvelle Zélande

 
 
 

Nous reprenons la route en sens inverse, la fin de journée nous offre des atmosphères étranges et magnifiques avec notamment la brume qui se lève

 
  

Te Anau, la petite ville étape à l’entrée de la route du Milford Sound est située au bord d’un lac ; nous faisons une petite balade qui passe par un centre nature où nous pouvons observer des oiseaux locaux : le kéa, le takahé et le kaka

 
 

Nous déjeunons de délicieuses «pies» (tourtes), véritable spécialités incontournables ici

  

Nous reprenons ensuite la route pour Queenstown, «Le» lieu des activités à sensation de Nouvelle Zélande. Nous y arrivons en fin de journée, suffisamment tôt pour encore prendre quelques photos

 

Et nous réservons notre activité essay writing service pour le lendemain. Queenstown propose toutes les activités de montagne que nous pouvons trouver en France (raft, kayak, saut à l’élastique, parapente, VTT, ...), mais il y en a une que l’on ne trouve pas en France et qui de fait devenait incontournable : le Shotover Jet. Nous cassons un peu notre tirelire pour nous offrir ce petit luxe, mais nous ne le regrettons pas ; même Frédé un peu effayée au départ a trouvé ça super... Quelques photos pour montrer l’activité et son environnement naturel. Le principe : filer à toute vitesse dans ce bateau d’une extrême maniabilité, créé en Nouvelle Zélande pour pouvoir glisser là où l’eau n’est pas profonde (20 cm d’eau suffisent) ; et ceci dans des gorges, en frôlant les falaises ; très impressionnant et très amusant.

 
 
  

Nous finissons notre séjour à Queenstown en dégustant au bord du lac, des hamburgers de Fergburger, adresse incontournable de la ville (c’est une suissesse rencontrée dans un magasin qui nous en a fait la pub, merci à elle pour ce bon conseil).

 
 
 

Il est temps de reprendre la route (encore et toujours) pour traverser les montagnes et rejoindre la côte Ouest. Nous passons par Wanaka, et nous trouvons une petite place sympa pour passer la nuit, je vous laisse découvrir le paysage au milieu duquel nous nous trouvons...