Notre arrivée (rocambolesque) au Cambodge, Siem Reap et Angkor Wat

12 novembre 2013, nous quittons le Laos et ses 4000 îles, snif ! Destination Siem Reap et les temples d’Angkor.

Première partie : le voyage jusqu’à Siem Reap

Nous avions lu sur des forums Internet qu’il ne fallait pas acheter un billet direct pour Siem Reap à partir des 4000 îles pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce que les transports sont moins chers au Cambodge (donc, financièrement il vaut mieux acheter une première étape pour le Cambodge et acheter ensuite de quoi continuer le voyage) ; ensuite, parce que l’on vous vend des billets pour Siem Reap en vous disant que l’arrivée à Siem Reap est prévue à 20h30 alors qu’en fait, on arrive à 3h du matin !! De plus, mon rêve de navigation sur le Mékong étant toujours bien présent, je voulais essayer de faire une partie du voyage en bateau. Nous achetons donc un billet pour Stung Treng, première ville côté cambodgien. L’idée est de trouver un bateau pour descendre le Mékong à partir de Stung Treng jusqu’à Kratie, voire Kompong Cham. Le problème, c’est que nous n’avons aucune information sur la possiblité de prendre un bateau à Stung Treng ; c’est sûr, il n’y aura pas de bateau public et il nous faudra donc payer sûrement très cher un bateau privé ; de l’avis de tout le monde, Stung Treng n’est pas une étape sympa. La perspective de ne pas trouver de bateau à un prix correct et de passer une nuit dans la triste ville de Stung Treng ne nous enchante guère. Aussi, nous abandonnons toute idée de navigation (re-snif) et achetons un complément pour Kompong Cham avec l’idée de changer de bus à Kompong Cham. A la gare de bus côté laotien, nous retrouvons un couple d’allemands avec qui nous avons fait la journée kayak la veille et avec qui nous avions commencé à sympatiser. Nous n’imaginions pas que la galère commencerait dès la frontière cambodgienne. Les laotiens nous accompagnent jusqu’à la frontière en mini van et nous laissent là à attendre presque 4 heures qu’un bus veuille bien arriver pour nous emmener plus loin (le tout sans nous donner la moindre information naturellement !!).

 
  

Nous partons enfin de la frontière à l’heure où nous aurions du être à Stung Treng. Dans le bus, nous discutons pas mal avec les allemands, Isabelle et Philip. Eux font étape à Kratie et doivent aller à Siem Reap. Nous nous reverrons. Nous négocions avec le personnel du bus, finalement pour aller directement à Siem Reap ; négociation en direct aidant, nous payons effectivement beaucoup moins que si nous avions acheté le trajet au Laos... Nous nous préparons donc à prendre notre mal en patience et à arriver à 3h du matin car nous savons que ce sera comme ça. Certains passagers croient dur comme fer que l’arrivée se fera à 22h (comme cette japonaise à côté de qui Aurore fera la première partie du voyage), ouarf !

  

Nous n’imaginions pas que le pire nous attendait. Arrivés à Kompong Cham à 21h, tous les voyageurs à destination de Siem Reap descendent ; le bus, lui, continue jusqu’à Phnom Penh. Nous devons attendre un autre bus. Il arrive vers 22h mais il n’y a pas assez de places dedans. C’est notre famille finalement qui souffrira ; tous les autres touristes ayant une place ; on nous entasse tant bien que mal sur une sorte de plateforme que nous partageons avec une cambodgienne ; des locaux seront encore plus mal installés ; un dans le couloir et un couple avec un petit enfant, dans les escaliers !!

  

Bon, inutile de dire que nous n’avons pas beaucoup dormi ; nous arrivons comme prévu vers 3h30 du matin. La négociation avec les tuk-tuks est difficile mais nous y arrivons quand même. Les tuk-tuks nous déposent dans le centre de Siem Reap vers 4h30. Le temps pour nous ensuite de lire notre guide, de nous orienter, nous choisissons la European Guesthouse qui s’avèrera un très bon choix.

Deuxième partie : Siem Reap

Siem Reap est le point de départ pour la visite des temples d’Angkor ; on loge à Siem Reap et on part visiter les temples à vélo, moto ou en tuk-tuk. A côté du marché, il y a une rue appelée Pub Street ; ça veut tout dire. Personellement, je n’ai pas du tout aimé le quartier autour du marché ; vraiment un quartier à touristes. A contrario, la balade le long de la rivière est agréable, et, en sortant des sentiers battus, on peu aussi trouver des endroit où il fait bon se promener.

 
  

Visite d’un petit temple

 
 

Le marché

 

Balade le long de la rivière

 
 

Balade hors des sentiers battus

 
 

Place devant la villa royale

 

Pour visiter les temples, il faut acheter des tickets et honnêtement, vu l’étendue du site, ce n’est pas très cher. Il existe 3 types de tickets : 1 journée (20$), 3 jours à utiliser sur une semaine (40$), 7 jours à utiliser sur un mois (60$). Nous prenons bien sûr le pass 3 jours ; c’est gratuit pour Simon ! De plus, on peu acheter le pass à 17h et le décompte des journées ne commence que le lendemain ; super formule intelligente, merci le Cambodge ; ça nous laisse le temps d’aller admirer le coucher du soleil sur Angkor Wat à partir de la colline située juste en face. Nous voilà donc partis en tuk-tuk pour acheter nos billets et voir ce fameux coucher de soleil (bon, il ne fait pas si beau, mais déjà, ce n’est pas le déluge)

 
 
 
 
  

Troisième partie : Angkor Wat

C’est LE temple d’Angkor ; il est même sur le drapeau du Cambodge, c’est dire son importance. Un tout petit peu d’histoire, pour situer ce temple ; construit au XIIème siècle (début de construction avant ND de Paris), il est entièrement consacré à Vishnou, dieu suprême de l’hindouisme. Notre premier jour de viste ; nous prenons notre temps, louons des vélos, nous y allons en fin de matinée. Sans préméditation, nous évitons ainsi les cars de touristes et c’est tant mieux ! Vues de l’extérieur et du pont traversant les douves.

 
 
  

Avant le temple proprement dit, les murs d’enceinte et quelques détails ou scènes

 
 

Il n'y a pas que des touristes à Angkor Wat

(ou alors, essaywriter peut-on parler de moines touristes ?)

 

Statue de Vishnou 

 
  

Les bas reliefs et autres détails sculptés sur les murs

 
 
 

A l’intéreur, avant d’arriver au temple, de petits pavillons appelés «Bibliothèques» sur les côtés ; vues du temple à partir de ces petits pavillons

 
 
 
 

Vues du temple à partie des pièces d’eau qui le précédent

 
  

La fresque. Pour moi, c’est le grand intérêt d’Angkor Wat ; après avoir visité Prambanan en Indonésie, j’ai trouvé le temple en lui même d’un moindre intérêt. En revanche, la fresque est réellement splendide. Toute la galerie de la deuxième enceinte en est recouverte sur 2 mètres de haut et donc 800 mètres de long au total ! Des sculptures magnifiques représentant les scènes du Ramâyana déjà aperçues en Indonésie. Si splendides que j’ai eu vraiment du mal à sélectionner parmi les innombrables photos que nous avons prises ; passez vite ces photos si elles ne vous intéressent pas

 
 
 
 
 
 
 
 
 

On accède enfin au sanctuaire, succession de terrasses, escaliers, cours et petits autels et bien sûr, les tours. Une anecdote ici, Aurore n’aura pas le droit d’accéder au sanctuaire car son débardeur est inconvenant. Même en mettant un paréo autour des épaules, les voix de la religion sont impénétrables !!

 
 
 
 

Après cette visite, la petite pause repas, négociée (tout se négocie ici) et bien sûr, la petite bière qui va bien

  

Un autre jour, nous repassons devant Angkor Wat a bon moment pour prendre quelques photos au coucher du soleil