Florès - dernière partie

16 septembre 2013

Nous embarquons pour une croisière de 3 jours/2 nuits dans la mer de Florès. Au programme : manger, boire, dormir, repos, baignades, snorkeling (observation des poissons et corraux avec des palmes, masque et tuba), et l’essentiel, aller voir les dragons de Komodo. Au port de Labuan Bajo, il y a des affiches partout de pub pour le sail komodo 2013. On le saura.

  

Nous embarquons donc sur un bateau en bois, avec deux cabines pour dormir ; voici notre bateau, avec la cuisine à l’arrière. Florent et Simon aident l’équipage à appareiller.

 
 
 

Nous navigons un peu, Aurore en profite pour travailler un peu ; nous arrêtons sur un premier spot de snorkeling, paradisiaque. Nous prenons quelques poissons en photo et les enfants se découvrent un grand jeu : sauter du toit du bateau.

 
 
 
 
 
 

Déjeuner gargantuesque sur le bateau

 

Puis nous repartons pour rejoindre le village de pêcheurs sur l’île de Rinca. L’endroit est magnifique ; le bateau acoste au bout d’un long ponton que nous prenons pour rejoindre la terre ferme, non sans apréhension d’ailleurs, tellement certaines planches sont instables, et il y a de nombreux trous. Nous nous baladons dans le village de pêcheurs, même si nous nous y sentons mal à l’aise ; nous sommes bien sûr les seuls touristes et tout le monde nou regarde. Ce qui est drôle tout de même, ce sont tous ces enfants qui nous suivent et réclament que nous les prenions en photo. Nous nous arrêtons pour discuter un peu avec les gens, c’est assez magique cette ambiance. Quand nous repartons, tous les enfants nous accompagnent sur le ponton et nous font des signes d’au revoir...

 
 
 
 
 

La fin de la journée approche, nous mettons alors le cap sur une zone de mouillage spéciale, sous le commandement des capitaines Florent et Simon.

 

Mouillage puis nous assistons à un spectacle fabuleux ; des centaines de milliers de chave souris géantes partent de l’île auprès de laquelle nous avons mouillé ; ce spectacle dure au moins 15 à 20 minutes, c’est incroyable !

 

Je ne sais pas à quelle heure le capitaine décide de lever l’ancre pour rejoindre les portes du parc de Komodo de l’autre côté de l’île de Rinca. Cette nuit sera difficile et nous ne dormirons pas beaucoup.

Au lever du jour, nous sommes de l’autre côté, prêts à entrer dans le parc pour aller voir les dragons de Komodo. Nous apprenons que les dragons sont présents sur 4 îles : Komodo, la plus grande, avec 2800 dragons ; Rinca île beaucoup plus petite mais contenant 2400 spécimens, et deux autres îles minuscules avec seulement quelques unités. Rinca abrite également des crocodiles, mais nous n’en verrons pas. Nous démarrons notre petite randonnée accompagnés d’un «ranger», garde du parc censé savoir se comporter et nous protéger des dragons en totale liberté.

Sur ces îles, près des habitations des gardes, il y a restaurant et cuisines ; les dragons sont généralement attirés par les odeurs et on peut souvent en voir à ces endroits. C’est notre cas ; les premiers que nous voyons sont bien présents aux alentours de la cuisine ; un petit tout d’abord qui ne doit pas avoir plus de 2 ans, et des gros, déjà bien impressionnants. Ils peuvent mesurer jusqu’à 3m50 avec la queue et peser 90 kg. Nous continuons la randonnée et avons la chance de voir plusieurs dragons croiser notre route, visiblement en chasse. Ils se nourrissent de singes, sangliers, daims, buffles. Nous aurons aussi la chance de voir tous ces animaux, à l’exception du buffle. En tout cas, cette rencontre avec les dragons en totale liberté fut fantastique.

 
 
 
 
 

Notre balade nous conduit sur les hauteurs de l’île, ce qui nous permet de voir l’aridité de Rinca. Les dragons, qui vivent plutôt à l’ombre ne dispose pas d’une très grand espace pour vivre ; c’est sans doute pour cela que nous avons eu la chance d’en croiser autant.

 

Retour sur le bateau, un peu de navigation et nous stoppons de nouveau pour le repas, une nouvelle séance de snorkeling et ... des sauts du toit du bateau. Les paysages traversés sont juste paradisiaques !

 
 
 

Repas, un peu de temps studieux, tri des photos pour les articles, le soir ; Florent et Simon se transforment en aides cuistos.

 
 

Dernier jour de croisière, nous débarquons sur l’île de Komodo pour voir de nouveau des dragons. Quelle déception !

Certes, l’iles est immense et il semble très difficile de croiser des dragons, mais tout s’apparente ici à une mise en scène ; le ranger qui nous accompagne n’est même pas vigilent ; la balade tourne court, comme s’il était certain de ne pas en croiser ; par contre, la visite se termine près des cuisines et là, il y a quelques dragons qui sont là comme si on les y avait posés... Je n’ai même pas envie de les prendre en photo. Le ranger nous dit au revoir, et, en repartant, il y a un dragon presque au milieu du passage ; personne pour nous protéger, comme s’ils savaient d’avance que nous ne craignions rien (peut-être parce que ces dragons là sont «rendus» inofensifs ?). Bref, Komodo, c’est la grosse déception à côté de ce que nous avons eu la chance de voir la veille sur Rinca. J’ai une petite pensée pour tous ces touristes qui rejoignent l’île de Lombok pour s’acheter cette croisière vers Komodo et seulement Komodo, car c’est la seule accessible plus ou moins rapidement. Quelle arnaque ! Aurore et Simon en profitent pour se constituer une petite collection de coquillages...

 
 
 

Après Komodo, nouvelle petite séance de snorkeling, dans un nouvel endroit paradisiaque qui fera dire à Aurore que l’eau est d’un bleu «irréel». Séance bronzage

 
  

Le soir, nous retournons à l’hôtel «Chez Félix» et ils nous write my essay proposent un poisson au barbecue que nous acceptons volontiers. Nous ne mangerons pas tout tellement le poisson était énorme !

  

Voilà, c’est fini pour Florès, nous reprenons l’avion le lendemain pour Denpasar, passer une nuit dans un hôtel sans charme ni âme à Jimbaran, mais c’est pratique, c’est à seulement 10 minutes de l’aéroport ; nous prenons l’avion pour Pékin le lendemain. La plage de Jimbaran est un endroit branché avec plein de restos le soir qui proposent du poisson et des fruits de mer ; nous nous prêtons au jeu, mais l’ambiance ne nous plaît pas. «Chez Félix» aura finalement été le théatre d’un drame ; Simon y a apparemment laissé Zéphir, son doudou qui ne le quitte pas depuis sa naissance. Affaire à suivre, il nous faut contacter l’hôtel pour essayer de le récupérer.